Transitions et mutations portuaires - PORT’LAB

Transitions et mutations portuaires - PORT’LABRépondre aux nécessités des mutations portuaires en proposant des solutions intégrées, interdisciplinaires et innovantes

Le projet Port’LAB est porté par l’Université Bretagne Sud, au sein de l’Écosystème d'Innovation : « Mer & littoraux : espaces d'innovation, territoires en transition ».

Ce projet, animé par Mathias Tranchant, Professeur des universités, regroupe par son aspect interdisciplinaire un ensemble de laboratoires et de plateformes de recherche de l’UBS : TEMOS, LGO, LBCM, IRDL, Lab-STICC, IRISA, LEGO, Géoarchitecture, Lab-LEX, LMBA, Compositic.

Positionnement du projet

Le projet PORT’LAB s’inscrit à l’interface de politiques publiques : la « Stratégie maritime pour la région atlantique » portée dans le cadre de la Politique maritime intégrée (PMI) de l’Union européenne ; à la « Stratégie nationale portuaire » portée par le Comité Interministériel de la Mer (CIMer), la « Stratégie régionale de recherche et innovation » (S3) de la Région Bretagne, auxquelles on peut rajouter les recommandations de la « Prospective Mer » conduite par l'INEE, ou encore les réflexions conduites par le CNRS et le Ministère de la Transition écologique et solidaire au sein des Assises du port du futur…

Par ailleurs, l’Université Bretagne Sud s’est doté de 4 Écosystèmes d’Innovation afin de structurer sa recherche et sa formation. L’Écosystème d’Innovation « Mer & littoraux : espaces d’innovation, territoires en transition » a pour vocation à fédérer un ensemble d’acteurs internes et externes à l’UBS sur des problématiques communes, dont celle des mutations portuaires.

Défis et principaux objectifs

La Région Bretagne ne compte pas moins de 220 ports de toutes tailles aux activités variées. Ils contribuent largement à la dynamique économique des collectivités dont ils relèvent. Et ils participent du fonctionnement et de la croissance de secteurs variés et stratégiques, comme la pêche, le transport de marchandises et de passagers, le tourisme et la plaisance, la course sportive, la construction navale, etc.
Ils constituent aussi un aspect important de son identité et de son image.
La Région Bretagne se trouve, de ce fait, en première ligne des enjeux portuaires.


Cependant, les ports sont des territoires complexes, en prise avec leur milieu, en compétition et en mutation, au sein desquels se jouent des problématiques aussi diverses que l’aménagement, la multimodalité, la sûreté, la conflictualité, l’urbanisme, etc.

  • Bien qu’elles constituent un fort atout de développement, les activités portuaires et l’ensemble des installations qui y sont associées sont également, à certains égards, conçues aujourd’hui comme une menace :
    Parce qu’elles peuvent être impliquées dans les altérations du milieu physique et biologique dans lequel elles s’insèrent
  • Parce qu’elles peuvent se trouver en concurrence ou en contradiction avec d’autres activités et d’autres aménagements de son voisinage littoral, rural ou urbain
  • Parce qu’elles peuvent parfois faire peser des risques sanitaires et industriels sur les territoires limitrophes.

Qui plus est, déjà sensibles aux aléas et aux effets corrosifs du milieu marin, elles se trouvent, devant les évolutions sensibles du climat et du niveau océanique mises en évidence par le dernier rapport du GIEC, exposées à une plus forte vulnérabilité.

Aussi, à l’heure des changements globaux, les enjeux du développement portuaire se trouvent suspendus à la nécessité d’appréhender de manière concrète, rapide et efficace les transitions socio-économiques, environnementales, numériques et énergétiques qui s’imposent à nos sociétés.

Renforcement des infrastructures de Recherche & Innovation

En fédérant les acteurs scientifiques et techniques du territoire régional, le projet PORT’LAB entend renforcer, structurer et déployer les infrastructures et les matériels dédiés aux études portuaires. Il s’agit en particulier d’organiser les systèmes d’observation, d’analyse et d’expérimentation en véritables plateformes de recherche, capables de reproduire in-situ les capacités techniques d’un laboratoire.

La qualité de ces plateformes doit non seulement permettre aux chercheurs de l’UBS de développer dans les meilleures conditions leurs travaux scientifiques mais également, par leur attractivité, de favoriser les partenariats avec d’autres laboratoires régionaux (AUB), français et étrangers ainsi qu’avec les acteurs socio-économiques.


Enfin, par ces équipements, le projet permettra d’associer et de former les futurs jeunes chercheu.se.r.s, technicien.ne.s et ingénieur.e.s spécialistes du domaine portuaire.

Retombées économiques, techniques et scientifiques

Les plateformes développées dans le cadre du projet PORT’LAB, positionnées au sein des territoires portuaires, sont susceptibles de servir directement leurs gestionnaires, leurs aménageurs et leurs acteurs, qu’ils soient publics ou privés :

  • Par les résultats in-situ qu’elles produiront
  • Par les expertises et les solutions co-portées qui pourront être dégagées
  • Par la valorisation économique de certains résultats
  • Par la communication qui en sera faite
  • Par les opérations de formation (niveaux Master et Doctorat) qu’elles accompagneront

Au final, ce projet doit pouvoir accompagner les développements et l’attractivité du dispositif portuaire breton.

À terme, elles doivent appuyer la constitution d’une filière d’excellence, de nature industrielle, capable de produire des solutions réplicables et exportables en matière de conceptions et de problématiques portuaires.