Quand la parole client devient Data