Anticiper, s'entrainer et se former aux risques cyber avec l'UBS

Anticiper, s'entrainer et se former aux risques cyber avec l'UBSAu cœur de la Bretagne devenue « pôle d’excellence cyber », l’Université Bretagne Sud est reconnue, depuis 2013, comme un expert du domaine de la cyberdéfense en matière de recherche et de formation. Il y a à peine deux mois, en février 2017, l’établissement testait différents scénarii, et tout justement l’attaque cyber d’un hôpital et de chaines de production d’une multinationale…Anticiper, s’entrainer et se former. Avec ses équipements, ses formations et la recherche, l’UBS se positionne comme un acteur majeur de la cyberdéfense.

C’est à Vannes, dans son « Cyber Security Center », un espace de 150 m², équipé de salles de formation high-tech, de plateformes de virtualisation, que l’UBS forme, entraîne ses étudiants et entreprises à la gestion de crise cyber. Cet équipement est unique en France. Il fonctionne tel un « bac à sable numérique », totalement coupé d’Internet afin de permettre aux étudiants et entreprises de pratiquer des essais sur un système reproduit à l’identique comme dans la vie réele mais non connecté. C’est la force de cet outil qui favorise la mise en place d’exercices pour les PME, entreprises ou grandes administrations. À cet équipement, s’ajoute désormais une nouvelle plateforme pédagogique orientée « systèmes embarqués » à Lorient. Bancs d’attaques physiques, émulateur d’électronique de bord d’un véhicule automobile, logiciels dédiés de sécurisation, analyseurs de trames, serveurs de calculs...Des outils qui seront mis à disposition des étudiants qui intégreront en septembre prochain, à Lorient, le nouveau « Master Cybersécurité des systèmes embarqués ».

La formation et l'entrainement à la gestion de crise cyber

L’Université a mis en place différentes formations de haut niveau qui épousent tous les champs de la cybermenace : de l’analyse et gestion de crise à la conception de logiciels sécurisés, en passant par les systèmes embarqués.

 

L'ouverture d’un nouveau Master unique dans le paysage de l'enseignement supérieur

Les Systèmes Embarqués sont présents dans la très grande majorité des équipements, produits et réseaux actuels. On les retrouve dans les transports (automobile, aviation, etc.), les produits électriques et électroniques (téléphonie, télévision, machine à laver, domotique, etc.), le contrôle des processus (production ou distribution d'électricité, de chaînes de production, etc.), les jouets grand public... Ces systèmes embarqués sont aujourd’hui reliés à des réseaux d’entreprise et Internet. Cette connectivité les rend plus vulnérables aux attaques, aux intrusions et autres piratages.

A l’heure du « tout-connecté », la sécurité, qui fût loin d’être le souci principal des concepteurs par le passé, se hisse désormais au rang des caractéristiques fondamentales des équipements. Dès lors, les mécanismes de sécurité ou plus exactement de cyber-sécurité, doivent protéger les systèmes embarqués de toute attaque malveillante.

C’est là l’objectif du nouveau « Master Cybersécurité des systèmes embarqués » qui s’ouvre à l’ UBS. Cette formation, unique dans l’enseignement supérieur, est la seule à être entièrement dédiée à la conception mixte « logiciel-matériel » de systèmes embarqués sécurisés. La sécurisation des parties électroniques et informatiques des systèmes a une place centrale dans ce cursus. Ainsi, l’accent est mis sur la dimension matérielle et embarquée des dispositifs visés, là où d’autres formations se concentrent sur les mathématiques théoriques pour la cryptographie, l’informatique de sécurité (programmation sur ordinateur, réseaux) ou la gestion de crise (grandes infrastructures). Cette formation ouvre en septembre 2017 sur le campus de Lorient et propose 16 places. Les dossiers de candidature sont à remettre avant le 15 juin 2017.

Une recherche universitaire qui nourrit les formations

L’ UBS s’appuie également sur l’expertise scientifique de deux de ses laboratoires CNRS : l’Institut de Recherche en Informatique et Systèmes Aléatoires (IRISA) et le Laboratoire en Sciences et Techniques de l'Information, de la Communication et de la Connaissance (Lab-STICC) pour enrichir et faire évoluer les contenus pédagogiques des formations. Une nécessité pour permettre aux étudiants et entreprises de se hisser au meilleur niveau.

A lire aussi