Le projet FLOWER

Biocomposites renforcés par des fibres de lin: le projet FLOWER sélectionné par l’Europe Remplacer la fibre de verre utilisée aujourd’hui dans la plupart des matériaux par une fibre de lin, avec les mêmes performances mécaniques, mais plus légère et respectueuse de l’environnement. C’est le nouveau projet conduit par l'Institut de Recherche Dupuy de Lôme (IRDL) de l'Université Bretagne Sud. Il vient d’obtenir le 18 mai dernier le soutien de l’Europe pour un montant de 4,6 millions d’€ et ce, jusqu’en 2022.

L’usage des composites est très répandu dans l’industrie : ils représentent environ 20% de la masse d’une automobile et la quasi-totalité de celle des bateaux de plaisance. Ils sont actuellement généralement constitués de fibres de verre et d’une résine pétro sourcée non recyclable. Le projet FLOWER a donc pour objectif de développer 2 grands types de renforts de lin innovants, notamment par leur masse surfacique et leur architecture, performants et adaptés au mieux aux spécificités de l’industrie des composites. Ils contribueront à améliorer de manière significative les performances, le bilan environnemental et la fin de vie des produits actuels.

Quelle culture du lin ?

La culture du lin textile (valorisé pour ses fibres) se fait essentiellement en Normandie. Les partenaires en charge de cette partie se situent dans la région de Caen. Autrefois le lin était largement cultivé en Bretagne, en particulier pour l'industrie textile mais aussi pour la marine (voiles, cordages, tenues des matelots). La Bretagne dispose donc d'un climat qui convient au lin; cependant l'ensemble de l'outil industriel (défibrage en particulier) a disparu sur ce territoire et faire voyager du lin n'est pas simple (masse très légère donc coûts de transports élevés). Actuellement des cultures de lin oléagineux existent en Bretagne afin de valoriser les graines de lin dans l'alimentation animale et humaine.

Des partenariats académiques et industriels France – Angleterre

Ce projet appelé FLOWER (Flax composites, LOW weight, End of life and Recycling) s’appuie sur une association complémentaire de partenaires académiques et industriels localisés en France et en Angleterre. Ce consortium regroupe 4 partenaires académiques : l'Institut de Recherche Dupuy de Lôme (IRDL) de l'Université Bretagne Sud, INRA de Nantes, University of Cambridge et University of Portsmouth ainsi que 4 acteurs industriels : Le bureau d’étude Kaïros, spécialisé dans le nautisme, le Groupe Teillage Vandecandelaère, premier producteur privé de lin en Europe, EcoTechnilin, leader français pour la fourniture de produits non-tissés à base de fibres naturelles et Howa-Tramico, fabricant de mousse technique et équipementier automobile de rang 1.

De la production agricole à la commercialisation

FLOWER permettra de répondre aux besoins de la zone Transmanche en particulier en termes de recherche et de préservation de l’environnement. Pour mener à bien ces actions, le projet rassemble des partenaires qui possèdent des compétences complémentaires permettant de couvrir toute la chaîne de valeur : de la production agricole des fibres jusqu’à la R&D et à la commercialisation des pièces industrielles. 

Une reconnaissance européenne

Le projet FLOWER (Flax composites, LOW weight, End of life and Recycling) a été sélectionné par le programme européen de coopération transfrontalière Interreg VA France (Manche) Angleterre (FMA), financé par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER). Il est doté d’un budget de 4,6 millions d’€ (dont 3,1 de FEDER) et s’étendra jusqu’en septembre 2022 (56 mois).